Comment décrocher votre premier job en tant que développeur junior en moins d’une semaine ! (suite…)

Christophe Belbeoch 1

Lors de la première partie de cette article, j’avais évoqué une base stratégique permettant d’avoir un premier contact avec des recruteurs. Ces contacts ne seront peut-être pas nombreux, c’est pourquoi il est primordial de bien s’y préparer afin de ne pas griller des cartouches pour rien. C’est donc ce que nous allons aborder aujourd’hui: la préparation !

Prise de contact

Les processus de recrutement dans l’IT ne sont pas toujours formalisés (sauf dans les grandes entreprises). Malgré tout il en ressort toujours plus ou moins le même schéma. Suite à votre candidature, un mail ou un appel pour convenir d’un premier rendez-vous que j’appellerai: « prise de contact ».

Cette « prise de contact » peut se faire sous différentes formes mais elle se fait généralement à distance (téléphone, Skype, Teams…) . Ce premier rendez-vous est important pour vous comme pour la personne qui conduit le recrutement. Il s’agit pour ce dernier de s’assurer que vous êtes conforme à l’idée qu’il s’est faite de vous au travers de votre CV et de votre mail ou lettre de motivation.

Une stratégie utile

C’est ici que votre stratégie de préparation va être utile. En effet cet entretien ne dure généralement pas très longtemps. Il ne laisse donc pas beaucoup de place à l’improvisation. Le recruteur va vous parler brièvement du poste et de la société et vous demandera en retour de vous présenter, de parler un peu de vous et de votre parcours.

Afin de vous entraîner à cette exercice le mieux serait d’avoir un ou une « sparring-partner » qui pourra jouer le rôle du recruteur. Si cela n’est pas possible se filmer ou s’enregistrer peut aussi faire l’affaire. L’essentiel est de pouvoir avoir un regard exterieur sur votre façon de vous exprimer.

Vous allez me dire: « oui c’est bien tout ça, mais je dis quoi moi ? ». C’est pas évident pour tout le monde de parler de soi. Mais là il va falloir se faire un peu violence. C’est pour ça que répéter va vous aider à être à l’aise. Mais attention quand même à ce que votre discours ne devienne pas mécanique, il ne s’agit pas de faire du « par cœur » ! Juste savoir expliquer brièvement votre parcours professionnel (si vous en avez un…) et ce qui vous a amené à vouloir devenir développeur.

Côté technos

Je n’ai volontairement pas évoqué les technos. Si le recruteur (ou la recruteuse) à choisi de vous contacter, c’est qu’il estime que celles-ci colle avec celles que vous avez mis sur votre CV. Mais sachez que si la « prise de contact » est concluante, celui-ci va probablement vous faire passer un test technique. Sur les cinq derniers recrutements auxquels j’ai participé avant de décrocher mon poste actuel. Quatre en comportaient. C’est donc quasiment inévitable.

Là encore il va falloir se préparer. En règle générale les tests que vous allez passer sont en rapport avec les technos, langages et frameworks que vous rencontrerez dans votre futur poste. Ceux-ci vous sont envoyés par mail sous forme d’exercices à rendre, ou à effectuer sur une plateforme en ligne style Coding Game. Niveau difficulté, il y a de tout. Pêle-mêle: code d’un formulaire et d’un contrôleur à compléter en MVC avec un framework (Symfony, Laravel, SpringBoot…); des problèmes d’algo à résoudre en Javascript avec une difficulté croissante (j’ai eu a faire une récursive pour allez chercher des propriétés dans des objets JSON de profondeur variable); un Coding Game chronométré de 2h00 avec des exercices d’algo d’une difficulté terrible, des questions et du code à compléter, dans différents langages et frameworks (Java 8, Angular 2, SQL….) . J’avoue que le dernier m’a fait transpirer! Le pire c’est que je pensais avoir foiré mais j’ai eu une réponse favorable. Trop tard j’étais déjà en poste !

La force de l’eau

Il y a tellement de langages et versions de frameworks aujourd’hui qu’il va être impossible de tout connaitre. Il va donc falloir adopter une attitude plus souple et adaptative, il va falloir adopter les préceptes de Lao-Tseu, être comme l’eau (je vous laisse vous documenter là dessus 😉). En ce qui concerne l’algorithme, pas de secret cela se travaille, vous pouvez utiliser Coding Game pour vous entraîner ou utiliser d’autres ressources (si vous en connaissez mettez les en commentaire ça peut être sympa pour les autres). Pour le reste faites vous confiance car vous possédez déjà les fondamentaux, à savoir: la POO, les structures de base (conditionnels, boucles, etc…), le fonctionnement du web, des bases en SQL et peut-être même quelques design patterns! Si on vous demande demain de travailler avec Laravel alors que vous n’avez jusqu’à présent utiliser que Symfony ou que l’on vous dit que l’entreprise travaille sur le front avec React alors que vous connaissez Vue. Ne paniquez pas, ce ne sont que des frameworks, vous allez lire la doc et vous allez voir que vous allez vous adaptez très vite. Pour les tests ça sera la même chose. Commencez par étudier un peu les technos relatives à l’annonce à laquelle vous postulez et ça va le faire.

De toute façon, cela fait partie de la vie d’un développeur aujourd’hui. Découvrir, apprendre et utiliser régulièrement de nouveaux langages, de nouveaux frameworks, de nouvelles façons de faire… Et c’est ce qui est excitant dans ce métier, on n’a jamais fini d’apprendre !

Et après?

Dans le prochain article, je vous parlerai de l’entretien final. Car une fois passés les tests, si ceux-ci sont bien réalisés, vous allez sûrement passer un ultime entretien (quelques fois deux). Cet entretien va vous permettre de poser les bases de ce que va être la collaboration avec votre futur employeur. Il va s’agir d’une étape cruciale où il y aura probablement de la négociation afin que chacun y trouve son compte.

Tags:

Comments are closed.